L’ HOMME  UNIVERSEL.

 L’Ordre du Temple est au service de "l'Homme Universel"; c'est-à-dire la Création tout entière!

   Appelée ADAM KADMON en kabbale hébraïque, la CREATION est un ETRE VIVANT UNIQUE, une seule et même PERSONNE.

  

   « Au commencement Dieu créa les Cieux et la Terre ». (Genèse I v. 1 à 4) Il faut lire aussi : « Au sein du Principe, Dieu créa les Cieux et la Terre ». C’est-à-dire que la Création est d’abord née à l’intime de l’Essence divine, au cœur du Principe, au sein de la Pensée divine, dans sa volition de se manifester hors de son essence.

 

   Il est aussi à remarquer que les premiers chapitres du livre de la Genèse relatent 2 créations. Le chapitre I jusqu’au verset 5 du deuxième chapitre décrit la création de l’Homme Universel. A partir du verset 6 du deuxième chapitre, le texte raconte la création de l’homme terrestre.

 

   Sur le plan du non manifesté, de l’essence immuable et éternelle de l’ETRE : le PRINCIPE divin comprend 3 vibrations : 2 polarités et l’expression la plus haute de l’AMOUR du PRINCIPE, Le FILS.

 

  • la polarité masculine, Dieu le Père, EWE.

  • la polarité féminine, la Vierge Mère, IE.

  • Le FILS engendré à l’intime du PRINCIPE divin dans l’AMOUR flamboyant de PERE-MERE. 

       Un seul Dieu, un seul Principe, un seul Amour, au sein duquel flamboient, creuset d’amour absolu, 3 vibrations complémentaires, hyper conscientes d’elles-mêmes qui se conjuguent, interagissent et créent.

  •   

       Quand le PRINCIPE décide de se projeter hors de son essence, de se donner forme, la Vierge Mère divine se manifeste hors du Principe en tant que MATRICE – le Manteau d’UNI des Celtes, la Matrix divine de la physique quantique – au sein de laquelle vibre la substance principielle (issue du Principe), les eaux primordiales, l’âme de la polarité féminine de Dieu à qui St Jérome a donné le nom de MARIA, les EAUX.

       La polarité masculine du Principe divin, Dieu Père, ne prend jamais forme. Il reste dans l’essence immuable et éternelle.

     

       « Au commencement, dit le texte de la Genèse, Dieu créa les Cieux et la Terre…Les Ténèbres ( énergies primordiales invisibles) couvraient la surface de l’abîme et l’Esprit de Dieu planait sur les eaux (Maria – Marie). (Genèse I v.3)

       La polarité féminine de Dieu, active en désincarnation, au sein du Principe, se projette hors de Lui et se manifeste sous forme d’énergies invisibles, « les Ténèbres, les Eaux ». Cette substance primordiale porte inscrite en elle, au plus intime de sa substance la perfection de son origine. Cette substance est vierge, pure, sainte, vibrante encore de l’Amour qui l’a manifestée, divine et passive en attente de sa fécondation.

       Vierge parce que l’Esprit de Dieu n’a pas encore déposé en elle sa Parole de Vie et d’Amour et qu’aucun accident n’est encore venu ternir sa pureté originelle.

       Pure parce que issue de Dieu, elle porte inscrite en elle, au plus intime de sa substance, la perfection de son origine.

       Sainte parce qu’elle est l’expression passive, féminine, de l’âme divine.

       Vibrante parce qu’elle est en attente de son accomplissement, de l’infusion en elle de l’AMOUR qui l’a appelée à l’existence, en attente de sa fécondation par le VERBE, en attente de l’EPOUX divin.

       Passive jusqu’à sa fécondation par l’Amour divin qui la rendra active et fera d’elle la VIERGE COSMIQUE en gestation de l’enfant divin, du FILS.

     

       MARIA, Marie, la Vierge cosmique, est le milieu et l’athanor, c’est-à-dire la MATRICE au sein de laquelle va se réaliser la volonté de Dieu, va se manifester dans l’INCARNATION l’IMAGE même de Dieu, par l’accomplissement dans la durée, à travers le temps et l’espace, du FILS, de l’HOMME UNIVERSEL. La polarité féminine de Dieu se manifeste sous forme d’âme cosmique passive - la matrice de la Création (l’athanor) et Maria « les eaux » (le milieu) -, en tant que   SUBSTANCE PRINCIPIELLE avant même le commencement de l’ « ACTE CREATEUR ».

       L’âme cosmique déployée par amour hors de l’essence divine, immuable et éternelle, a un ESPRIT pour la guider dans son expansion dynamique. C’est NOTRE DAME, « Nostra Domina – Notre Seigneurie » en bon français, le Saint-Esprit ou plutôt la Saint-Esprit. A Beauraing,en Belgique, Marie s’est définie comme « La Vierge immaculée, la Reine des Cieux », pendant de « Notre Père qui est aux Cieux », donc comme la REINE du plan divin. Notre Dame est donc l’Esprit guide de la Vierge Mère cosmique, Marie, matrice réceptacle des Eaux primordiales.

       Ce qu’exprime parfaitement le «  Credo » de l’office de La Table Spirituelle de l’Ordre Souverain du Temple Solaire :  «  Je crois au Saint-Esprit, en Notre Dame, l’Esprit de la Création. Je crois en Marie, la Vierge Mère Universelle, matrice de l’Homme Universel, matrice au sein de laquelle l’Esprit Saint par le Verbe génère les univers et les mondes. »

     

       « Et l’Esprit de Dieu planait sur les eaux » (Genèse I v.3) Et la Parole, le Verbe engendré au sein du Père « planait sur les eaux », sur MARIA, la Vierge Universelle, matrice et eaux principielles. Le Verbe est engendré au sein de l’Amour flamboyant du Principe Père-Mère. Il est le Fils divin, l’expression la plus haute de l’Esprit du Père, l’Esprit Saint. Quand le Principe Père-Mère décide de créer, de se projeter hors d’eux-mêmes, hors de l’essence immuable et éternelle de leur ETRE, le Verbe se projette hors du Principe et plane au-dessus de La Vierge Universelle. Quand Dieu dit : « Que la lumière soit ! », au moment de la volition du Père, du « Fiat Lux » (Genèse I v.3), le Verbe, l’Esprit Saint, féconde les eaux primordiales et donne vie à l’Homme Universel, à la Création. Quand Dieu dit « Que la lumière soit ! » le Fils divin, le Verbe, ensemence La Substance Principielle, l’Ame Universelle et manifeste dans la forme, dans le temps et à travers l’espace, l’IMAGE même du PRINCIPE.  

       Au moment de la volition du Père, Notre Dame, l’Esprit de la Création, le Saint-Esprit ou, plus juste, la Saint-Esprit, fusionne avec le Verbe, fait UN avec lui, épouse l’expression la plus haute de l’Esprit du Père, le Fils divin. Notre Dame devient alors la gardienne vigilante du Feu de Dieu inscrit par le Fils dans l’Ame Universelle, les eaux primordiales, en Marie, et maître d’œuvre du plan d’amour de Dieu.

       Alors la Vierge cosmique devient « Mère » et Notre Dame, l’Esprit de la Création, la Sagesse de Dieu, la SOPHIA, réalise en  « Maria », en MARIE, la Vierge Mère, le plan inscrit dans l’Amour de Dieu, réalise dans le temps et à travers l’espace le code génétique inscrit dans la Parole de Dieu : le FILS COSMIQUE, l’HOMME UNIVERSEL.

       « Ainsi  fut suscité, sur le plan matériel l’Homme Universel, créé de la « poussière » de la substance cosmique, autrement dit de la Vierge Universelle. ( Pourquoi la Résurgence de l’Ordre du Temple page 215.)

       L’agent de transformation, de développement, de transmutation des eaux primordiales est l’AMOUR, cette puissance créatrice éternelle qui exerce une poussée dynamique interne sur le cosmos pour l’amener à la stature parfaite de création achevée en CHRIST, l’HOMME SPIRITUEL.

     

       « Qui m’a vu a vu le Père. Je suis dans le Père et le Père est en moi. » ( Jean XIV v. 9,10) Ce que Jésus Christ a dit de lui en Palestine voici 20 siècles, a aussi une portée universelle, est tout aussi vrai et juste sur le plan de la Création toute entière. Car la CREATION globale est l’image manifestée de Dieu. Le Père désire se contempler à travers l’HOMME UNIVERSEL, le FILS MANIFESTE. Qui voit la Création, voit le Père !

     

       « Dieu contempla ce qu’il avait fait, il vit que c’était très bien ». (Genèse I v.31) Sur le plan de la manifestation, le CHRIST est l’Homme Spirituel, celui qui donne la vie à l’Homme Universel, NOTRE DAME l’Esprit de la Création gérante des Univers, MARIE la Vierge Mère, l’Ame de la Création (matrice et eaux primordiales à la fois âme universelle et création matérielle), LUCIFER celui qui porte la lumière du Christ à l’Ame Universelle, Satan la matière, la terre brune et noire.

     

       « L’Homme Universel est l’Image manifestée du Principe au sein de qui l’Amour de Dieu appelle à la vie une infinité de mondes et d’univers, d’êtres à aimer, à qui offrir, avec qui partager son divin amour. » (Notre Dame Marie du Saint-Esprit page 46). « Chaque homme est une parcelle de L’Homme Universel. Et tout élément de la Création qui ne constitue pas lui-même un « homme » est nécessairement inclus dans un « homme » à une certaine échelle, fût-elle sans commune mesure avec la nôtre. » (Pourquoi la Résurgence de l’Ordre du Temple pages 117 et 212). Au sein de la plus humble des cellules comme au cœur des univers les plus gigantesques, tout n’est que l’expression de l’Amour que le Père divin porte à Notre Dame Marie, la Vierge Mère Universelle par qui et en qui Il engendre en permanence la Création, le Fils cosmique, l’Homme Universel, Adam Kadmon qui est un être androgyne. Cette Création, au commencement était parfaite et divine dans sa splendeur originelle. A travers Notre Dame et Christ, manifestation androgyne du PRINCIPE, l’Amour divin sous-tend, vivifie, anime et inspire tous les composants de l’Homme Universel des plus denses aux plus spirituels.

     

       L’ « HOMME UNIVERSEL est donc un ETRE VIVANT UNIQUE, manifestation du PRINCIPE divin hors de son essence immuable et éternelle, dans le monde de la forme sous son aspect de poids, nombre et mesure. Il est constitué comme l’être humain dont il est le modèle macrocosmique d’un corps, d’une âme et d’un esprit pour le guider.

    D’un corps, manifestation physique dense, visible : galaxies, nébuleuses, systèmes solaires, matière, chair etc…, invisible à nos yeux : amibes, microbes, virus, atomes, protons, neutrons, électrons  etc… dont Satan, « le Prince de ce monde » est le régisseur.

    D’une âme, Marie, réceptacle du SECRET de l’Univers, du code génétique universel, matrice et « eaux primordiales » dans lesquelles baignent tous les éléments visibles et invisibles de la création.

    D’un esprit guide, polarité féminine du Principe Père-Mère, Notre Dame, la Saint-Esprit, « REINE des Cieux » ainsi qu’elle s’est définie à Beauraing en Belgique. Notre Dame est la projection, le prolongement à l’intérieur du Créé, au sein de Marie, du plan de Dieu, de la volonté du Principe, du désir du Verbe, de l’Amour. De ce fait  la Saint-Esprit est au cœur de la Création, en tout, au centre de tout, la gardienne vigilante du Secret de l’Univers, de l’élaboration en l’Homme Universel de la pensée divine. Notre Dame est au-dessus de Marie-Réceptacle la Volonté de Dieu et au sein du Créé le fluide qui porte la vie, l’énergie, la lumière, la vérité, en un mot l’Amour de Dieu. Aussi Marie peut-elle dire avec force : « JE LE PORTE (l’Esprit de Dieu, le Christ véhiculé par Notre Dame) IL ME CONDUIT ! »

     

       L’Ordre du Temple est au service de  l’Homme Universel. De ce fait il ne se limite pas à notre planète. Il est la manifestation sur chaque planète habitée, à des dates charnières conformes aux heures inscrites à l’Horloge Cosmique, de commandos christiques s’incarnant pour aider les humanités des planètes à faire un pas décisif dans leur évolution, à franchir un nouveau seuil spirituel dans leur ascension vers le Père. En son expression cosmique, il est la succession cohérente, harmonieuse, de volitions émises dès l’origine au cœur même du Principe, projetées dans le temps existentiel. Succession au-dessus de laquelle il n’y a rien de plus évolué dans l’espace délimité  par la lumière du Soleil originel. Cela signifie que l’origine de l’Ordre du Temple se situe au cœur du PRINCIPE ETERNEL.

 

                                                                                                                                                                     R.S

 

LOHENGRIN Prélude - WAGNER R.
00:0000:00
PARSIFAL Prélude - WAGNER R.
00:0000:00
LAUDATE DOMINUM - MOZART W. A.
00:0000:00