«SPIRITUEL et TEMPOREL »

 

La Création procède d’ « EN HAUT » et non d’en bas. Ce que confirme aujourd’hui la physique quantique qui parle de « Matrix divine ». « Et l’Esprit de Dieu planait sur les eaux » enseigne la Genèse. L’Esprit planait au-dessus de la « Matrix divine ». « Sur les eaux », « les eaux » ne sont pas à prendre au sens littéral du terme, mais comme une énergie primordiale émise par le Principe avant toute création.

     Amour, Lumière et Vie, sont cette nourriture spirituelle dont tout élément de la Création tire son être et son existence dans le temps et dans l’espace cosmique. De la sphère divine, l’Energie d’Amour, le fluide spirituel, la Parole du Verbe, est véhiculée jusqu’à la sphère de création la plus matérielle par des relais flamboyants de Lumière. Ces relais jouent analogiquement le rôle dévolu aux neurones du système nerveux humain qui transmettent du centre à la périphérie le fluide spirituel qui, éternellement, coule par Notre Dame du Principe même de Dieu, du Cœur du Dieu des dieux. L’influx circulant le long de notre système nerveux ne donne qu’une faible image de ce va-et-vient ininterrompu, de ce flux d’impulsions, d’infusions, d’inspirations, d’amour et de ce reflux d’informations, de réactions, de questions, de prières, d’adoration, d’amour. 

     La Matière ne peut s’acheminer vers ses finalités qui sont spirituelles, que si elle est guidée par l’Esprit dont « l’Autorité » est l’expression responsable. Pour avoir négligée, voire même rejetée cette hiérarchie fondamentale, les sociétés humaines s’entredéchirent  et courent à leur perte. Aujourd’hui, tant de prétendus « maîtres à penser » ont meublé les consciences de leur conception d’un univers exclusivement plat centré sur leurs nombrils.

     Oui, ce monde déséquilibré sur les trois plans du Corps, de l’Âme et de l’Esprit, c’est le nôtre. Nous en partageons avec tous les autres hommes, nos frères, les vicissitudes et les souffrances. Mais nous affirmons que la matière n’est pas une fin en soi. Elle sert à autre chose. Elle n’est que lieu de passage, séjour d’incarnation. Ses fins sont au-delà d’elle.

 

 

     L’Assomption de la Vierge Marie ne peut être niée vu les innombrables apparitions mariales à travers le monde. L’ASSOMPTION c’est la montée au ciel de la Vierge Marie avec son corps glorifié. L’Assomption de Marie est la préfiguration, le signe tangible de la finalité de la matière alchimiée par l’Esprit.

                                                                                                                          NON NOBIS.

LOHENGRIN Prélude - WAGNER R.
00:00 / 00:00
PARSIFAL Prélude - WAGNER R.
00:00 / 00:00
LAUDATE DOMINUM - MOZART W. A.
00:00 / 00:00