L'ORDRE DU TEMPLE DE 1980 A NOS JOURS.

 

  Nous traversons une période de l’histoire des hommes, dans laquelle personne ne s’étonne plus de rien. Les esprits forts louent cette sagesse, cette tolérance, cette liberté. Ils confondent une fois de plus bas-fonds et profondeurs. Ils osent nommer ainsi ce qui n’est en réalité que la somnolence d’un peuple progressivement anesthésié. Le but recherché est l’asservissement total de l’homme.

   Il y a quelques décennies, parce que les clercs de Vatican II ont transformé l’Evangile éternel en un mauvais discours de circonstance et violenté Jésus-Christ pour en faire l’apôtre des seuls marginaux, des jeunes gens et des jeunes filles, assoiffés de spiritualité ont suivi le Hare Krishna, les Enfants de Dieu, les Missionnaires du Nouveau Testament, les Témoins de Jehovah, l’Eglise de Scientologie … comme aujourd’hui ils se convertissent à l’Islam et partent en Syrie. Notre jeunesse a soif d’idéal et aspire à servir une grande cause que ne leur offre ni la société, victime du consumérisme et de l’hédonisme, ni les églises  souvent repliées sur elles-mêmes et silencieuses, de peur de froisser un pouvoir assujetti aux puissances anti-christiques.

    

     Le problème que nous pose Rome est que jamais, depuis 1952, une réponse n’a été donnée aux messages fraternels adressés par le Grand Maître de l’Ordre aux Evêques de France,  puis au secrétaire général du Synode. Nous attendons toujours que soit lavé l’outrage commis par Clément V. Car de cette démarche du Saint Père dépend que l’Eglise de Pierre retrouve sa dynamique universaliste. La réponde du Saint Père et la réaction des évêques de France détermineront sur le plan astral, l’avenir de l’Eglise de France et de la Papauté.

    

     L’histoire de l’Ordre, au cœur des évènements, des avatars, des combats et des sacrifices que chacun connaît, c’est le cheminement de sa Mission essentiellement et strictement spirituelle : l’origine et le destin de l’homme ! Amener le Fils de l’Homme à devenir Fils de Dieu. C’est pour cela qu’il est l’objet des attaques les plus pernicieuses du Prince de ce monde.

     Depuis Abraham jusqu’à nos jours, en passant par Ismaël, Ram, Moïse, et tant d’autres, Dieu mobilise un homme ou un groupe d’hommes, pour une intervention ponctuelle dans le suivi de la Tradition Eternelle. Au moment où il répond à une impulsion de l’esprit divin, le missionné reçoit et possède la vision globale de sa mission. Entre cette mission, qui est une projection de Dieu sur Terre, entre cette mission et Dieu, l’élu et lui seul est le relais privilégié et dans une certaine mesure irremplaçable.

     Alors, de sphère en sphère il descend, du subtil à l’épais, du monde de l’esprit à celui de la matière. Déposé dans le ventre d’une femme par le feu de Dieu que l’homme porte en sa virilité, ignorant tout, dès cet instant, de la mission à laquelle Dieu l’a destiné, il entreprend sa queste ou son initiation. Il ne lui pas demandé, d’abord, d’être un témoin vertueux du Dieu vivant en Jésus-Christ. IL lui est demandé d’abord, comme ouvrier, comme savant, comme artiste, comme politicien, comme dignitaire, comme soldat … d’être l’esclave spirituel d’une mission qui n’est que spirituelle en dépit des formes qui ne sont que l’habillage nécessaire dans ce monde des apparences.

 

     A vues humaines, les bien-pensants de toujours blâment Judas et respectent Joseph d’Arimathie. Dans la chevalerie éternelle, de par Dieu, au nom du Christ, Joseph d’Arimathie et Judas mènent le même combat. Judas a accepté la terrible mission de trahir le Christ et de le livrer. Il a aussi accepté le prix à payer pour sa trahison dans ses  incarnations suivantes. S’il n’y avait pas eu le Golgotha et la Croix, il n’y aurait pas eu de Rédemption.

     A vues humaines, les bien-pensants de toujours admirent St Bernard, St Thomas d’Aquin, Dante, Jeanne d’Arc et se signent d’inquiétude devant Gilles de Rai, Gagliostro, Mandrin. Dans le Temple éternel, les uns et les autres, les uns avec les autres, font partie de la chaîne des artisans de l’évolution christique de l’humanité que nous invoquons dans nos prières, pour solliciter leur aide et leur protection.

     Dieu tient compte de la dualité de notre monde chuté où le blanc et le noir doivent s’équilibrer mutuellement jusqu’au retour glorieux du Christ et l’assomption glorieuse de notre planète et de la partie de l’humanité qui a pu la suivre dans sa gloire. Mais jusque là, il est  nécessaire que des missionnés, à parts égales, acceptent d’être les artisans du côté obscur.

    Judas, après avoir, pendant des incarnations, payé et racheté sa trahison, connaîtra à la fin des temps, une incarnation glorieuse en remerciement de son sacrifice, c’est-à-dire avoir accepté ou choisi le rôle du traître pour que puisse avoir lieu la « Rédemption ».

 

     L’Ordre du Temple, depuis la lointaine Egypte, offre à l’homme une protection et une promotion spirituelle. Pour protéger l’homme et la femme, pour donner à l’homme, avec la femme, le moyen par excellence de résister aux attaques de l’Anti-Christ, et de promouvoir l’humain jusqu’à la fusion avec le divin, l’Ordre du Temple fait de l’homme, avec la femme, un « couple sacerdotal ».

     Melchisédech transmet à Abraham, parmi d’autres dépôts, la connaissance de l’Etoile des sages, appelée plus tard Etoile de David, puis sceau de Salomon, la langue qui constitue l’hébreu primitif, et lui révèle la vraie religion, celle de l’Office du pain et du vin, et du couple sacerdotal. C’est Ismaël qui, seul, reçoit cette révélation de son père et la véhicule en Egypte. Là naîtront les Esséniens, annonciateurs et préparateurs de la venue du Christ. C’est parmi eux que sera initié Jean-Baptiste, et c’est d’eux qu’à travers les siècles notre Ordre a reçu l’Office. Il est bon de rappeler que l’Office, sacrement d’amour pur, lieu de rencontre, de réconciliation, de communion entre les rachetés et leur Seigneur, est, selon le rite essénien, participation au mouvement de la terre, en sa perpétuelle maternité, en son assomption, par l’offrande consacrée des fruits qu’elle engendre et qui deviennent, sous les mains de l’officiant, « corps et sang spirituel » du Christ glorieux pour la génération perpétuelle du Christ en l’homme.

     Mais l’office, pour l’instant, ni ne corrige, ni ne remplace l’Eucharistie. Le Templier participe à l’Eucharistie pour la rémission de ses péchés. Il reconnaît le caractère irremplaçable et nécessaire du prêtre voué au célibat. Car la médiation entre le péché de l’homme et la sainteté de Dieu, entre la prière de l’homme et l’amour de Dieu, exige absolument et nécessairement le don total de soi à Dieu et à l’humanité.

     Le Templier reconnaît l’Eglise de Pierre comme premier chaînon de l’Eglise universelle des derniers temps.

     Le Templier reconnaît qu’avec Jean Paul II, Pierre est revenu s’asseoir sur le trône de Rome.

     La Mission de l’Ordre était d’engendrer celui que l’histoire du crépuscule de l’humanité, nomme déjà Pierre II. Mais devant la faillite de ce qui fut « l’Ordre Souverain du Temple Solaire », le Ciel a choisi d’autres voies pour sa manifestation.

 

     La Mission de La France pour la sauvegarde de l’homme, en d’autres termes pour la préparation du retour du Christ, constitue le fondement de la doctrine politique de l’Ordre. Dans ce creuset marial, tous les feux de l’Esprit doivent consumer ce qui gêne, attiser ce qui favorise la venue et l’épanouissement du Christ en l’homme.

     Chaque fois que La France est spirituelle, grande, forte, indépendante, elle inonde l’humanité d’une irremplaçable lumière.  Ne nous y trompons pas : « Ce n’est pas contre la chair et le sang, écrit St Paul, que nous avons à combattre, mais contre les dominations, contre les puissances, contre les princes de ce monde des ténèbres, contre les esprits mauvais qui sont dans les régions célestes. »

 

     La folie du « chevalier » et de « l’amazone blanche » de la Table Spirituelle de l’Ordre Souverain du Temple Solaire, est de croire absolument à la puissance de l’ESPRIT, que le feu de Dieu aura le temps avant les désastres planétaires, de reconstituer l’Eglise à partir de la Terre de France, par la conversion des juifs, le réveil de l’âme russe et le sursaut spirituel de l’Occident chrétien.

 

     Nous devons avoir une triple certitude : l’ UNIVERSALITE DE LA GRACE DIVINE, le DESTIN ROYAL DE L’HOMME et l’INELUCTABLE  PRIMAUTE DU SPIRITUEL.   

 

 

 

 

 

 

 

 

  • w-googleplus
  • Twitter Clean
  • w-facebook
LOHENGRIN Prélude - WAGNER R.
00:00 / 00:00
PARSIFAL Prélude - WAGNER R.
00:00 / 00:00
LAUDATE DOMINUM - MOZART W. A.
00:00 / 00:00