«LES ORIGINES DE L’OFFICE DE L’ORDRE DU TEMPLE.  »

 

 

L’Office templier prend sa source dans le Jardin d’Eden lorsque Adam et Eve offraient à Dieu en un geste d’amour, de reconnaissance et d’adoration, les fruits les plus parfaits de la Terre d’alors : la pomme. (Adam 70000 ans avant Jésus-Christ.)

Par ce geste, ils reconnaissent d’une part leur état de totale dépendance par rapport à la nature intrinsèquement autre du Principe divin, d’autre part ils répondent à l’amour de Dieu par un geste, le sacrement d’amour, l’offrande des fruits de l’Eden. Cette célébration fait deux le premier Couple Sacerdotal de la planète, archétype à l’échelle humaine, du Sacerdoce achevé et parfait.

Après la Chute, Caïn essaie de maintenir cette reliance en se désolidarisant de l’acte d’opposition aux conséquences involutives de ses parents et en offrant sur un autel une offrande végétale. Il lui est signifié que cette reliance n’est plus possible parce que par son sang et par son âme il est relié génétiquement à ses parents et qu’il a lui aussi subi une mutation involutive.

Lorsque après la rupture née de la Chute, les temps furent venus où les plus dignes d’entre les hommes pourraient être de nouveau autorisés à offrir à leur Créateur les fruits de la Terre, c’est un vaisseau spatial héliopolitain qui déposa discrètement sur notre planète MELCHISEDEK, représentant du Temple d’Héliopolis, dont la mission en ce domaine fut accomplie par sa rencontre avec ABRAHAM.

MELCHISEDEK transmit à ABRAHAM « l’Office » de l’Eglise véritablement universelle, celui du pain et du vin, et la restauration sur un plan ésotérique du Couple Sacerdotal.

Abraham transmit le sacrement d’amour à Ismaël puis aux initiés de sa lignée spirituelle les juges et les prophètes. (XIXème siècle avant Jésus-Christ).

Les différents rameaux issus de la descendance d’Abraham par Ismaël et Isaac, se rejoignirent chez les esséniens pour préparer avec Jean le Baptiste, les voies du Christ. Arabes et Hébreux célébraient ensemble l’office du pain et du vin. Le terme « essénien » vient de la racine « esséen » qui veut dire sainteté.

Le Jeudi-Saint, Jésus-Christ a utilisé le rituel de l’office « essénien » pour instaurer le sacrement de rachat : l’Eucharistie.

A partir de ce jour, le sacrement d’amour a poursuivi son cheminement parallèlement à l’eucharistie, sur le plan de l’Eglise intérieure, l’Eglise de Jean, jusqu’à l’Ordre du Temple médiéval.

Après l’extinction de l’Ordre décidée par le pape Clément V au Concile de Vienne en 1312, il continue à être célébré dans le plus grand secret par les officiants initiés qui ont échappé aux sbires de Philippe le Bel.

Nous retrouvons sa célébration au XIXème siècle, sur le bord de la Méditerranée, au cœur de l’Islam, au sein d’une chaîne initiatique templière appelée « la Chaîne d’Anne », demeurée en liaison constante avec « l’ Egrégore templier », les Maîtres en gloire solaire. Don Carlos mas y Aranda en fut un des Maîtres. A sa mort sa fille Anne prit la relève. Maxime de Roquemaure, dernier Maître de « la Chaîne d’Anne » rejoignit la Résurgence templière après 1952 et lui légua ce dépôt sacré : le Sacrement d’amour, l’office du pain et du vin.

 

 

Le 1er février 2017.

Robert.

LOHENGRIN Prélude - WAGNER R.
00:0000:00
PARSIFAL Prélude - WAGNER R.
00:0000:00
LAUDATE DOMINUM - MOZART W. A.
00:0000:00