LE COUPLE

 

      QU’EST-CE QU’UN COUPLE ?

 

 

     La  « Loi Taubira » concernant le mariage des couples homosexuels a été votée par la chambre des députés, le sénat et validée par le Conseil constitutionnel. Donc acte. Mais ce n’est pas parce qu’une loi a été votée par des hommes faillibles et idéologiquement conditionnés que cette loi est juste ! Je dirai même qu’elle est antiscientifique.

 

    L’homme et la femme qu’ils soient hétéro ou homosexuels sont égaux devant la loi. Ils ont les mêmes droits et les mêmes devoirs. Ils sont aussi égaux devant Dieu qui leur accorde sans distinction aucune le même amour, les mêmes grâces et la même sollicitude. Que la personne croit en Dieu ou non est sans importance. Nier Dieu c’est déjà reconnaître son existence car on ne parle pas de quelqu’un qui n’existe pas.

 

     Si Dieu comble l’homme et la femme d’un même et immense amour, il les a cependant fait différents conformément aux lois naturelles qui régissent la vie de notre univers. Il les a fait « homme » et « femme » c’est-à-dire différents mais complémentaires comme tous les mammifères, règne animal auquel nous appartenons de par notre constitution physique.

 

      La femme est yin, matrice de la vie qui peut se développer en elle, gardienne du feu que l’homme qui est yang, a déposé en elle. Par cela ils ne sont que l’image en réduction d’un acte cosmique qui eut lieu voici des milliards d’année lors de la conception de notre univers.    

 

       Relisez les textes sacrés de la Bible, Genèse chapitre I versets 1 à 4. « L’Esprit de Dieu planait sur les eaux. » L’Esprit de Dieu, le Verbe, le pouvoir agissant, le pôle masculin du Principe divin, le feu fécondant « les eaux », les eaux primordiales de la matrice cosmique en attente de sa fécondation par le Verbe. Aujourd’hui la physique quantique parle de « matrix divine » au commencement des univers.

 

         Les textes de la Genèse ne sont pas à prendre pour des récits faits par des sots  pour des sots. Ce sont des images, des symboles, des paraboles. Les « jours » dont parle la Genèse ne correspondent pas à des jours terrestres mais à des millions voire des milliards de nos années.

 

         Lorsque le Principe dans son immanence dit : « Que la lumière soit ! », il veut que la création soit. Alors le Verbe, l’Esprit de Dieu, féconde la matrice divine, les « eaux principielles », et c’est l’explosion primordiale, le Bing Bang, sous forme d’énergie et de lumière. La création se met à naître.

         Dans l’amour de leur conjugalité, à l’image de l’explosion première générée par l’Amour divin, l’homme dépose dans la matrice de la femme le feu générateur de vie. Et la femme, à la semblance de la matrice cosmique, laisse se développer la vie en elle selon la génétique inscrite dans leurs gènes réciproques.

 

          Les  « homosexuels » que je respecte ont le droit de s’aimer. Mais les couples qu’ils forment, homme-homme ou femme-femme, ne correspondent en rien à l’image archétype du couple inscrite dans les lois cosmiques : matrice et feu générateur. Le mariage des couples homosexuels est de ce fait en complète contradiction avec l’archétype inscrit dans l’univers. Il n’a pas la même valeur dans l’essence des choses. L’homosexualité est une déviation issue de facteurs divers en grande partie psychologiques mais pas seulement, donc une maladie. C’est pour cette raison que les psychologues, les psychiatres et les instances médicales se sont opposés à cette loi. Car c’est élever une maladie "dégénérative" à l’état de « norme ». Le mariage homosexuel et la théorie du genre sont incompatibles avec les lois universelles du cosmos.

"C’est ainsi… quoi que les hommes dans leur orgueil démesuré disent, fassent ou décident ! Tenez vous le pour dit. "

 

                                                                                                     Le 12 juin 2O13.

                                                                             

                                                                                                                                                                                Jacques de Molay.    

LOHENGRIN Prélude - WAGNER R.
00:00 / 00:00
PARSIFAL Prélude - WAGNER R.
00:00 / 00:00
LAUDATE DOMINUM - MOZART W. A.
00:00 / 00:00