CREDO IN UNUM DEUM

OU APPROCHE ANALYTIQUE DU PRINCIPE DIVIN

LES TEXTES :

 

  1. Le prologue : Jean ch.1 v.1

« Dans le Principe était le Verbe et le Verbe était en Dieu. Dieu était le Verbe et celui-ci était en Dieu »

 

   2.La Genèse : ch.1 v. 1 à 4

« Au commencement Dieu créa les cieux et la terre.

Les Ténèbres (énergies principielles invisibles) couvraient la surface de l’abîme et l’Esprit de Dieu planait sur les eaux (les eaux primordiales). Dieu dit : « Que la Lumière soit ! » et la Lumière fut. »

 

  3.La Genèse : ch.1 v. 26 à 28

« Alors Dieu dit : « faisons l’homme à notre image et à notre ressemblance ». Ainsi Dieu créa l’homme à son image. Il le créa à l’image de Dieu. Il créa un homme et une femme. »

 

  4.Le Credo :

« Je crois en Dieu, le Père tout puissant… et en un seul Seigneur : Jésus-Christ, Fils Unique de Dieu… Je crois en l’Esprit-Saint, Seigneur…. »

 

LE SYMBOLE :

 

Le Signe de la Croix

 

                                                                                                                             

PERE

 

                                                                                             

                                                                                              

                                                                                                 SAINT                                            ESPRIT       

                                                                                                                                       

 

 

 

FILS

 

 

Donc, sur le plan du non manifesté, de l’Être, de l’Essence immuable et éternelle, le Principe divin comprend 2 polarités et 3 vibrations :

 

  • La polarité masculine, yang, Dieu le Père, EWE,

  • La polarité féminine, ying,Dieu la Vierge Mère, IE,

  • Et l’expression la plus haute de l’amour du Principe, le Fils, l’Esprit-Christ, l’Homme spirituel, engendré à l’intime du Principe, à l’intime de l’Essence immuable et éternelle, dans l’amour flamboyant de Père-Mère :

 

EWE-IE

 

Deux polarités et 3 vibrations, la vibration du Père, celle de la Vierge-Mère divine et celle de l’Homme-Spirituel, du Fils.

 

 

EWE-      - IE   

 

 

Un seul Dieu, un seul Principe, un seul Amour dans l’essence duquel, creuset d’amour absolu, flamboient 3 vibrations complémentaires, hyper conscientes  d’elles-mêmes qui se conjuguent, interagissent et créent.

 

Cela nous donne un premier schéma :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Je crois au Principe divin unique, Père-Mère tout-puissant et en Un seul Seigneur ……. Fils unique de Dieu, né du père avant tous les siècles.

 

AVANT TOUTE CREATION :

 

Avant toute création, Notre-Dame, la Vierge-Mère divine, se manifeste hors du Principe en tant qu’Esprit-Matrice :

 

  • La Matrice divine de la physique quantique,

  • Le manteau d’UNI des celtes,

 

au sein de laquelle vibre la substance principielle, les eaux primordiales, l’Âme féminine du Principe, Maria les eaux, Marie. Cette substance principielle vibrante de l’amour qui l’a manifesté hors du Principe, porte inscrite en elle, au plus intime de sa substance la perfection de son origine.

 

Notre Dame, l’Esprit de la Matrice, est la gardienne vigilante du feu de Dieu et Maître d’œuvre du plan du Père. Quand l’Amour flamboyant du Principe Père-Mère décide de créer, l’Esprit du Père, le Verbe, se manifeste hors du Principe. « Au commencement l’Esprit de Dieu planait sur les eaux » primordiales dit le livre de la Genèse ch1 v.2. Sur le plan de la manifestation l’Esprit de Dieu est le souffle du Père (Ruach Hochmaël), le VERBE. Au moment de la volition du Père, du « Fiat Lux » (Génèse ch. 1 v. 3) – « Que la Lumière soit » signifie que la Création soit, que le Fils soit manifesté – au moment de la volition du Père, Notre Dame, l’Esprit de la Matrice, fusionne avec le Verbe, fait un avec lui, épouse Christ, Dieu le Verbe, qui féconde alors les Eaux Primordiales, MARIE. C’est la naissance de l’Homme Universel, la Création !

 

LE VERBE SE FAIT CHAIR EN MARIA ET DONNE VIE AU FILS, A L’HOMME UNIVERSEL, A LA CREATION DONT, AVEC NOTRE DAME, IL DEVIENT LA CONSCIENCE.

 

Le Principe désire se contempler dans la beauté du Fils manifesté.

 

Deuxième schéma :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dieu le Christ est la Vie en l’Homme Universel. Marie à la fois âme universelle et création matérielle peut dire de l’Esprit de la Création, du Saint-Esprit : « Je le porte. Il me conduit. »

 

DANS LA CREATION :

 

Dans la création, le Principe a inscrit une loi de liberté ! Liberté  qui exprime le respect que Dieu éprouve pour ses créatures à qui il donne la possibilité de dire « non » aux vues de Dieu sur elles.

 

Notre Dame, le Saint-Esprit, est en tout, au cœur, au centre du tout, la gardienne vigilante du secret de l’univers, de l’élaboration en l’Homme Universel de la pensée de l’Amour divin.

 

Aussi quand, par aventure, le libre arbitre inscrit au cœur de la création met en péril la perfection inscrite dans le plan initial, Notre Dame, l’Esprit de la Création, le Saint-Esprit, met en œuvre les mécanismes de rectification, de régulation, de compensation nécessaires. Et, comme il n’est au pouvoir d’aucun homme de renouer les liens rompus avec le Ciel, sa nature déchue le rendant incapable d’une telle initiative, l’Amour transcende la Loi et Dieu se fait homme. Le Principe se manifeste par l’incarnation du Fils au sein d’une parcelle immaculée de l’Âme cosmique, Marie habitée par l’Esprit de la Création.

 

« Par cette opération de haute alchimie divine, il fallait que Dieu s’incarnât dans la matière, qu’il se fit homme et, Fils de Marie – Fils du Principe, qu’Il pénètre, qu’Il intègre, qu’Il « centre » en sa personne tous les éléments de l’univers à sauver pour que s’inscrive à travers LUI la loi de Vie, la loi d’Assomption, le retour de toute chose vers Dieu et en Dieu. » (Notre Dame Marie du Saint-Esprit p.31).

 

 

Schéma 3 :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aussi est-il indispensable de compléter le symbole de Nicée, le CREDO, en donnant à Notre Dame Marie du Saint-Esprit la place qui lui revient :

 

« Je crois au Saint-Esprit, en Notre Dame, la Vierge Mère divine, l’Esprit de la Création. Je crois en Marie, matrice de l’Homme Universel, matrice au sein de laquelle l’Esprit-Saint par le Verbe génère les univers et les mondes. Je crois en Marie de Nazareth, réceptacle vivant du Fils de Dieu, le Verbe incarné en Jésus. »

 

 

LES « EAUX PRIMORDIALES » :

 

Les « eaux primordiales », l’âme universelle, s’appelle en alchimie la « Materia prima ». Cette substance  fluidique universelle baigne le cosmos, l’homme, la nature. Elle est cette cire dans laquelle se modèle notre moi personnel capable d’une double alternative. Parce que cette materia prima est notre âme médiane, médiatrice entre notre corps et notre esprit, épouse du Verbe de Dieu par notre Esprit mais aussi de Satan par notre corps, elle peut, notre âme, manifester l’Ange ou le Diable.

 

Cette materia prima, âme universelle, est le milieu dans lequel habitent les anges, les démons, les intelligences des éléments. L’initiation considère ces mondes comme la Réalité dont la matière visible n’est que le reflet, l’envers d’une réalité préexistante.

 

L’Agent de la transformation de cette materia prima, des eaux primordiales, est l’AMOUR, Le CHRIST ETERNEL, la Conscience universelle, cette puissance créatrice qui exerce une poussée interne sur le cosmos, pour l’amener au CHRIST, à l’Homme spirituel, qui exerce une poussée interne sur notre âme médiane pour la christifier et faire de nous un homme spirituel.

 

Or, c’est sur l’énergie astrale qu’agit le grand art qu’est l’alchimie spirituelle. Le sacerdoce templier, par l’office, collabore à l’action du Christ éternel. Les intelligences angéliques des éléments qui habitent la substance fluidique universelle, la materia prima, aiment l’homme ou le craignent et sont prêts à collaborer avec lui pour l’évolution christique de la création, l’assomption de la création tout entière.

 

                                                                                                   Non nobis.

Le 31 mars 2013

LOHENGRIN Prélude - WAGNER R.
00:0000:00
PARSIFAL Prélude - WAGNER R.
00:0000:00
LAUDATE DOMINUM - MOZART W. A.
00:0000:00